Vocation du père pierre

Né au Vietnam d’une famille de sept enfants. Mon désir d’être prêtre commençait à germer en moi quand j’étais au collège, précisément quand j’avais 14 ans. Le Seigneur m’a donné la grâce de comprendre la grandeur de l’Eucharistie. J’allais presque tous les jours à 4h00 du matin à la messe avant d’aller à l’école. La messe a été pour moi un lieu de paix, de joie et de consolation. Au moment de la communion, je voyais autour de moi les fidèles fervents s’approcher dignement de l’autel pour recevoir le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs. Cela a été pour moi un déclic dans ma vocation. Je me disais sans cesse. « Je veux être prêtre pour donner le Christ au monde. Je veux être un instrument de la joie du Seigneur ». Souvent après la Sainte Communion, c’était le moment d’action de grâce. Ce moment du coeur à coeur avec Jésus a fortifié mon désir de chercher ce qui pouvait donner sens à ma vie.

Voilà 12 ans de prêtrise avec toujours la même bénédiction du Seigneur sur ma vie.
Toi qui me lis, sache une chose. Si tu aspires à suivre le Christ sur le chemin de sacerdoce, c’est une vraie bénédiction divine pour toi et pour ta famille. Je ne dirai pas que ta vie sera comme un fleuve tranquille, mais tu comprendras que le vrai bonheur ne se mesure pas à réussir la vie, mais à vouloir répondre librement et joyeusement à un Amour plus grand.

Toi qui me lis, sois béni du Seigneur Jésus. La prière de l’Église et de tous les prêtres t’accompagne. Si tu hésites à répondre généreusement à l’appel du Seigneur, qui pourra alors permettre aux fidèles de goûter la joie du ciel, car sans prêtres, il n’y aura plus de l’Eucharistie. Sans prêtres, qui pourra témoigner de la Miséricorde et de la consolation du Seigneur quand le pécheur désire se détourner du mal. Oui la mission du prêtre est si grande et salutaire qu’aucun métier sur la terre ne pourrait rivaliser.

 

Père Pierre LE, vicaire de Senlis